La révolution du digital media est en marche

 

Deux tendances fortes en 2011 :

  • Un marché quai-inexistant il y a moins de 5 ans qui génère aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 120 millions d’euros
  • Plus de 200.000 écrans répartis dans toute la France

Paris, le 22 mars 2012

La Digital Media Association France (DMAF) présente les résultats de son Observatoire* sur le marché  français du Digital Media en 2011. Cet Observatoire mené à l’initiative de la DMAF, réalisé par le cabinet d’études Digital Media Village a pour vocation de dimensionner le marché du Digital Media à l’échelle nationale.

Le marché français du Digital Media a généré 123,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, en 2011, soit une hausse de 11% par rapport à 2010. Si ce marché est déjà très mature dans les pays anglo-saxons et pays nordiques, la France gagne du terrain et passe d’un marché quasi-inexistant il y a encore moins de 5 ans à un marché bien réel. Aujourd’hui, l’offre autour du Digital Media s’est structurée autour de plus de 500 entreprises et se développe à une vitesse considérable sur le territoire français.

Si nous regardons simplement les investissements publicitaires générés sur cette seule année 2011, la France arrive en 3ème position avec un CA de 25,5 millions d’euros juste après Le Royaume-Uni et l’Allemagne mais bien devant l’Espagne et les Pays-Bas. Les enjeux de ce marché sont importants, les écrans se multiplient in store, near store et en outdoor et offrent un nouveau terrain de jeux pour les annonceurs.

Le marché est porté par une double dynamique : l’installation de nouveaux écrans due à la prise de conscience de la pertinence de ce media par les enseignes de distribution, les annonceurs et les agences media et les innovations technologiques qui ont développé de nouveaux réflexes dans l’usage des media et notamment l’explosion de ces usages sur écrans multiples.

Comme le souligne Marc BALLU, président de la Digital Media Association France « Grâce à des techniques simplifiées et abordables, un contenu et une ligne éditoriale renforcés et un travail stratégique et créatif affirmé, le Digital Media sort de l’ombre en France et devrait continuer d’exploser en 2012. Nous passons clairement d’une dimension de PLV numérique à une notion de media numérique à part entière ».

Technologie, régie publicitaire et contenu : trois univers du digital media

Les activités techniques et technologiques représentent 61% du marché total (75m€), suivies des activités de Régie publicitaire (25,5m€) et de Contenu (23m€).

Les sociétés opérant des activités techniques et technologiques – équipementiers, fournisseurs, intégrateurs, installateurs… – ont généré, en 2011, 75m€. La fourniture de solutions matérielles et logicielles représente 57% du total : les fournisseurs d’écrans, de dalles et de solutions de vidéo-projection ont enregistré 19m€ de revenus, les fournisseurs d’autres éléments hardware – players, solutions de fixations, meubles (dans des projets de bornes), … – 14m€ alors que les fournisseurs de solutions logicielles ont engrangé 10m€.

Les activités assurant la mise en place puis l’opération de réseaux de digital media constituent les 43% restants : la maitrise d’œuvre/intégration est, avec 12m€, le pôle le plus significatif, suivis des activités d’Opération et de Maintenance (9m€), d’Installation (7m€) et de Conseil (4m€).

L’activité de régie publicitaire reposant sur des écrans de digital media a généré 25,5m€, en 2011. Un chiffre d’affaires – quasi-nul il y a encore quatre ou cinq ans – qui place aujourd’hui la France en 3ème position après le Royaume-Uni et l’Allemagne. Cette performance est due à l’augmentation du parc total d’écrans publicitaires et à la première année pleine d’activité du réseau de digital media dans le métro parisien, dont l’impact sur le marché a été significatif. Pour la première fois, le secteur compte plus de recettes issues d’annonceurs nationaux que d’annonceurs locaux, soit respectivement 55% (14m€) et 45% (11,5m€) des revenus totaux.

Marc BALLU précise «Ce basculement, initié parles réseaux publicitaires installés sur des environnements à fort impact et/ou extrêmement ciblés (métro parisien, pharmacies, buralistes, malls et aéroports), ne doit toutefois pas masquer que la grande majorité des offres publicitaires du marché vivent toujours, et quasi-exclusivement, de budgets locaux».

Le chiffre d’affaires des prestataires de contenu aura été de 23m€. Ce marché est largement dominé par les créateurs de contenus et les programmateurs, c’est à dire les sociétés qui imaginent, réalisent puis assemblent les contenus en une boucle cohérente. Ils enregistrent 85% des revenus du segment, soit 19,5m€. Les fournisseurs de contenus clé en main (flux et vidéos) captent 15% du segment, soit seulement 3,5m€.

Trois univers que tout oppose culturellement mais dont les expertises convergent pour valoriser un format de communication innovant et impactant pour les marques. « La consécration du statut de media se fera aujourd’hui par l’ouverture de nos relations avec les acteurs clés de l’écosystème media que représentent les organisations, les fabricants d’équipements, les enseignes de distribution, les annonceurs et les agences media » conclut Marc BALLU.

A propos de la Digital Media Association France (DMAF)

La DMAF a pour vocation de promouvoir et deéfendre les intérêts du Digital Media, nouveau terrain d’expression au service des marques et des enseignes. Créée en 2005 sous le nom de l’APCAD pour Association pour la promotion de la communication audiovisuelle dynamique, elle a été renommée en Digital Media Association France (DMAF) en 2010. Elle représente aujourd’hui l’ensemble des acteurs du marché (régies, fournisseurs de contenus et d’équipements, agences conseil…) et fédérer l’ensemble des métiers pour une plus grande intégration des projets dans le paysage publicitaire et médiatique. A ce jour, la DMAF compte plus de 50 membres parmi lesquels NEC France, Scala Broadcast Multimedia France, HighCo, Clear Channel, MediaPerformances, Retail Media, Cross Media Pub, Agence France Presse, Cigale TV, InfoTrafic, ViewOn, Mirane …

*Mené en fin d’année 2011, le questionnaire de cet Observatoire du Digital Media a été mis en ligne du 07 novembre au 11 décembre 2011 – Nombre total de répondants : 149 (Membres DMAF : 29 et Non membres : 120).

Ce contenu a été publié dans Industrie Digitale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *