Les salaires des professionnels du web en 2013

Juliette Fauchet a publié sur le site 01.net un article sur les salaires des professionnels du web. A lire aujourd’hui sur Digikaa !

Avec 75 K€ pour un profil expert, le data analyst est le professionnel du web le mieux payé. Si les développeurs PHP, Java et .Net ont toujours la cote, les spécialistes des technologies mobiles voient, eux, leur rémunération stagner. Le point sur les salaires avec le cabinet de recrutement Urban Linker.

Pour la deuxième année consécutive, le cabinet de recrutement Urban Linker, publie son étude des salaires des professionnels du web. Si, en moyenne, un développeur confirmé gagne 42 K€ annuels bruts, ce chiffre cache de grandes disparités.

Selon le niveau d’expérience, le diplôme et les technologies maîtrisées, la fourchette des rémunérations oscille de 30 à 75 K€. On note notamment une surenchère salariale sur les profils d’ergonome et d’architecte de l’information.

L’étude révèle une forte chute des demandes sur ses langages Flash et Action Script à la faveur de nouvelles spécialisations comme l’UI/UX design. Autre nouveau, le big data, dont les besoins en recrutement, selon Urban Linker, « se font aussi bien ressentir au sein des startups que des grands groupes du CAC 40. » De fait, les data analystes sont les mieux payés sortent du classement avec un salaire de 46 K€ pour les débutants à 75 K€ pour les experts.

Développeurs PHP

Seuls les profils juniors accusent une baisse de salaire « du fait de l’augmentation continue du nombre d’autodidactes se dirigeant sur la filière du développement web ».

Urban Linker note aussi que les salaires des développeurs sans cadre de développement (Framework ou CMS) ont stagné. « La demande des recruteurs se dirige de façon plus généralisée sur des profils ayant une expérience sur des frameworks « innovants » du type de Symfony 2, Zend/Magento. »

Développeurs Java et .Net

Que ce soit en environnement Java ou en .Net, les salaires de départ des développeurs juniors sont élevés, s’agissant pour la majorité d’entre eux de diplômés de niveau bac +5.

Urban Linker note pour les développeurs juniors qui se sont auto-formés à Android. Cette double compétence augmente le niveau de salaire. En ce qui concerne le monde .Net, le marché plébiscite les profils .Net Webform liée à l’évolution du SaaS, du cloud et des logiciels applicatifs.

Développeurs front end

L’étude note une augmentation notable des salaires des technologies liées aux métiers front end. Elle l’explique par l’évolution des expériences et interfaces utilisateurs mais aussi l’émergence du multi-device. Ce qui implique la maîtrise des aspects de responsive web design en particulier avec Bootstrap Twitter. Autre facteur : la montée en puissance de JavaScript, « liée à sa démocratisation et à l’éclosion de nouvelles librairies / frameworks comme Backbone.js, Angular.js, Ember, Knockout.js… »

Davantage de projets étant développés du coté utilisateur et non plus du côté serveur, les salaires tendent à se rapprocher des développeurs back-end.En revanche, Urban Linker a retiré de son classement le métier d’intégrateur (x)HTML / CSS2. « Il est en train de disparaitre au profit de métiers alliant davantage de compétences. »

Spécialistes big data

Le phénomène du big data a fait émerger deux métiers. De formation technique, le data analyst « utilise des techniques statistiques et des outils informatiques spécialisés afin d’organiser, de synthétiser et de traduire les informations dont les entreprises ont besoin pour faciliter les prises de décision. »

Le data scientist est, lui, « capable de faire parler les données et d’en sortir des indicateurs concrets au service de la direction générale ». Il s’agit, la plupart du temps, d’une évolution professionnelle d’un poste de data analyst, de statisticien ou de consultant datamining.

« Au-delà de la maitrise de l’exploitation des données (SQL, NoSQL type mongoDB…) et des outils spécifiques au « big data » (Hadoop, MapReduce, Bigtable…) le data scientist doit être expert en web analytique avoir de bonnes connaissances en statistique, en économétrie ainsi qu’en data visualisation et être un bon communicant. »

Développeurs mobiles

Si la demande en applications mobiles croît toujours, le marché de l’emploi offre davantage de développeurs mobiles ou spécialisés Android, IOS ou Windows Phone. Par ailleurs, l’émergence de certaines technologies permet de développer des sites mobiles de qualité.

Du coup, la tension est moins forte sur ces profils et, selon Urban Linker, les entreprises se montent plus exigeantes sur les compétences des développeurs rencontrés. Ce qui entraîne une stagnation des salaires.

Spécialistes UI et UX

De nouveaux métiers dédiés à l’interface et à l’expérience utilisateur sont apparus qu’il s’agisse de l’ergonome (UX Designer), du designer d’interaction (UI Designer) ou de l’architecte de l’information.

Pour Urban Linker, « ces métiers se situent entre prestation informatique et création graphique. Ces professions sont majoritairement présentes au sein des agences et tendent à s’accroître chez l’annonceur au détriment d’un statut de freelance. »

 [ Source de l’article ]

Ce contenu a été publié dans Industrie Digitale, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *