Geeks in Cambodia

Geeks in Cambodia est le tout premier media en ligne dédié aux nouvelles technologies, existant au Cambodge. 

logo

Geeks in Cambodia est une initiative de E. C. Digital Solutions Co. Ltd. une société basée au Cambodge qui propose des solutions digitales et distribue les produits de diverses startups à travers l’Asie.

Lancé par une équipe de passionnés de nouvelles technologies, de startups (et du Cambodge bien entendu!) Geeks in Cambodia est un blog d’information sur les nouvelles technologies et l’écosystème des startups du Cambodge. Les articles couvrent majoritairement l’actualité cambodgienne dans le domaine du digital mais aussi plus largement des infos et des events Tech de l’Asie du Sud Est.

Bien que cette initiative soit née de la volonté d’entrepreneurs français, l’équipe de Geeks in Cambodia est multiculturelle, et le projet destiné à mettre en valeur les talents locaux. Le blog rencontre d’ores et déjà un accueil enthousiaste de la communauté « Geek » et Startup locale.

Un projet ambitieux

We love Cambodia, and we love Tech and Startups. We strongly believe in the potential of those ecosystems in Cambodia, and we believe in the fact that so many cambodian tech companies and startups can move out the closet and gain benefits and visibility thanks to media such as Geeks in Cambodia.

Le but de Geeks in Cambodia est de :

  • rassembler les informations relatives aux nouvelles technologies à travers le monde et les diffuser au lectorat du Cambodge
  • parler de l’histoire et de la vie des startups principalement localisées en Asie ou celles qui proposent des services pouvant intéresser les cambodgiens
  • mettre en lumière les initiatives du Cambodge dans le domaine des nouvelles technologies et des startups dans le but de communiquer au plus grand nombre sur l’écosystème digital cambodgien en pleine expansion

 Un média pour quels lecteurs ?

Capture02

Les lecteurs de Geeks in Cambodia sont très variés ; plutôt jeunes (31 % ont entre 20 et 25 ans) , et vont du chef d’entreprise à l’étudiant en passant par l’entrepreneur, le professionnel du marketing ou encore le profil plus technique accro aux nouvelles technologies. En résumé ?  Des geeks et des non geeks !

Un site adapté à tous les devices et riche de contenus

Responsive

Avec son interface responsive les amoureux de la technologie peuvent surfer depuis n’importe quel appareil (ordinateurs, smartphones, tablettes) et parcourir les 7 catégories du site :

  • Tech

Catégorie qui rassemble des articles avec des sujets relatifs aux nouvelles technologies, aux télécommunications, à l’operating system et à la scène Tech en Asie et ailleurs.

  • Startup

Catégorie qui rassemble des articles avec des sujets sur les startups basées en Asie du Sud Est et sur l’écosystème des startups du Cambodge.

  • Social Media

Catégorie qui traite de l’actualité liée aux réseaux sociaux.

  • Mobile

Catégorie qui traite de l’actualité liée au Mobile (dernières tendances, sorties de produits…)

  • Gadgets

Catégorie qui met en avant les nouveautés gadgets geek et fun.

  • Social Good

Catégorie qui met en lumière les initiatives qui relient la Tech avec les notions de solidarité, de social et d’éducation.

  • Events

Catégorie qui informe sur les événements Tech d’Asie du Sud Est.

Exemples de visuels pour chaque catégorie :

Passion et partage

Passion et partage sont les mots d’ordre de Geeks in Cambodia. C’est donc tout naturellement que l’équipe vous invite à les rejoindre dans cette aventure :

  • allez faire un tour sur le blog ! Parcourez les catégories, appréciez les actualités et le contenu sans cesse mis à jour.
  • vous souhaitez prendre part au projet ? Vous êtes un « chasseur d’actus » et vous souhaitez rejoindre l’équipe ? Contactez les !
  • vous soouhaitez lancez une startup au Cambodge et cherchez des relais pour diffuser votre actualité ? Vous êtes une startup et souhaitez distribuer vos produits ou services au Cambodge ? Contactez les !
  • vous êtes geek, vous prévoyez de partir au Cambodge et souhaitez rencontrer l’équipe de Geeks in Cambodia autour d’un café ? Ils vous attendent :)
Publié dans Industrie Digitale | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

[Projet de la Semaine] Le Vitrailloscope

Le Vitrailloscope, ou comment faire (re)découvrir le patrimoine méconnu du vitrail.

banniere-alauneprojet-vitrailloscope-fr

 Le Vitrailloscope s’inspire de l’audioguide pour proposer au visiteur curieux un parcours enrichi par la consultation de vidéos sur tablettes tactiles. Le principe d’une visite est une balade interactive, pendant laquelle la vidéo oriente le regard, autour des six vitraux de l’église Saint-André, dans le 7ème arrondissement de Lyon.

Le concept

  • Prêter, gratuitement, du matériel numérique (tablette tactile) à toute personne qui souhaite faire la visite de l’église.
  • Travailler avec des organismes du quartier, afin de promouvoir le projet localement.
  • Redistribuer l’équipement numérique aux partenaires du projet, pour permettre la visite de manière pérenne et pour aider à développer les nouvelles technologies.
  • Tester la sensibilité des visiteurs à la vidéo, et proposer un contenu ouvert (sujet aux interprétations) plutôt qu’un contenu fermé didactique.

Voir le projet sur Digikaa.

Publié dans Digikaa, Le projet de la semaine | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La Mêlée Numérique 2013

melee_numerique

« Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. »

Si les 3 lois d’Arthur C. Clarke ont façonné la science-fiction, elles nourrissent aussi l’ambition des hommes et des femmes qui veulent renverser les paradigmes. C’est pourquoi cette année, La Mêlée Numérique 2013, nous fait regarder le futur au travers du prisme de l’Homme pour enrichir le découpage classique de la programmation.

Aujourd’hui il est impossible de ne pas se rendre compte que le numérique s’insinue partout pour développer l’intelligence des objets, des bâtiments et bientôt du vivant. Les hommes et les femmes qui innovent réinventent notre environnement que ce soit dans la sphère privée, dans notre habitat du quotidien comme dans la sphère publique au sein des villes et dans nos lieux de travail.

« L’Homo Numericus est là ! »

Les 5 et 6 juin 2013, l’association La Mêlée (en partenariat avec le SICOVAL et Toulouse Métropole) organise donc au Centre des Congrès Diagora (Labège – Toulouse) la 17ème édition de la Mêlée Numérique. Cette rencontre incontournable proposera plus de 70 conférences et ateliers ainsi qu’un espace d’exposition et de démo élargi autour de la thématique « l’Homo Numericus est là ! ».

Cette édition 2013, parrainée par Fleur Pellerin, Ministre des PME, de l’Innovation et de l’Economie Numérique, se déroulera autour de 5 thématiques :

  • Ville Connectée
  • Open Société
  • Innovation & Co-révolution
  • Marketing Digital
  • Systèmes d’Information

3000 visiteurs, 100 conférences et 150 exposants sont prévus.

Les évènements à retenir :

  • Le StartUp Village, avec plus d’une trentaine de start-up, véritables pépites régionales de l’innovation, qui présenteront leurs solutions sur l’espace d’exposition Diagora
  • La remise des 11èmes Trophées de l’Economie Numérique récompensera les projets du e-business, de l’innovation, du développement durable, des territoires numériques et des systèmes d’information performants
  • La Convention d’Affaires offrira un accès privilégié aux différents acteurs à des rendez-vous BtoB, pré-programmés pour leur permettre de consolider les relations d’affaires avec leurs clients, rencontrer de nouveaux partenaires, collaborateurs…

Plus d’infos sur l’événement

Publié dans Evènements | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

[Projet de la Semaine] I Am La Mode

Plateforme internationale de financement participatif spécialisée dans la mode

banniere-alauneprojet-i-am-la-mode-fr

« Faire émerger le nouveau Karl Lagerfeld » avec un soutien constant aux créateurs et une sécurité pour les investisseurs.

I Am La Mode propose ainsi aux fans de mode et aux épargnants un système de financement participatif en ligne, au profit de jeunes créateurs talentueux. Les financeurs obtiennent des réductions et des bénéfices partagés, tandis que les entrepreneurs, en plus des fonds récoltés, profitent d’un véritable accompagnement tout au long du processus de production.

Le créateur est ainsi « pris par la main » dès le début pour optimiser les chances de succès du projet dans sa globalité. Après la levée de fond via le crowdfunding (la plateforme servant donc de tirelire), la production est lancée en binôme entre le créateur et I Am La Mode, puis la start-up s’occupe de la distribution de la collection produite. Cela assure également un gage de sécurité aux investisseurs car I Am La Mode maitrise tout le processus jusqu’à la restitution des bénéfices.

En bout de chaîne, en effet, les produits sont vendus par le biais d’une boutique en ligne (système appelé crowdsupply). Un cercle vertueux qui constitue un vrai tremplin pour les créateurs.

Le but de I Am La Mode : aider les jeunes créateurs de mode à financer (crowdfunding), produire et distribuer (transfère de connaissances) leur collection.

Voir le projet sur Digikaa

Publié dans Le projet de la semaine | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

« It’s Time To Marketing »

Le T2M, le Salon du Marketing 3.0 approche ! 

400x400

Les 12 & 13 juin prochain près de 20 000 visiteurs professionnels se donneront rendez-vous Hall 5 au Parc des Expositions Porte de Versailles à Paris pour partir de nouveau à la découverte du Marketing 3.0 et du Web3.0, et se familiariser avec les techniques et applications de demain.

Plus de 150 supports ont félicité le succès de ces salons en les identifiants au rang de précurseurs de la net économie et loin d’éternelles redites sur le marketing ou e-marketing de base. En moins d’1 an, le simple référencement naturel du T2M sans outils de communication, l’a poussé dans les pages principales des moteurs de recherche et dans toutes les timelines des réseaux sociaux.

Le mot d’ordre de ces 2 journées riches en actualités pour cette 3° édition du salon leader du marketing du futur sera : « L’objet du WEB3 : Soyez en prise directe vos clients finaux. »

Les grandes tendances du marché qui seront abordées : le web sémantique, l’inbound marketing, le Big data, les objets connectés, le Web3, le SEM & SOA et tous les vecteurs de relations forts au client final.

Les points forts de cette 3° édition :

  • 50 influenceurs principaux de la net-économie ont été regroupé pour la 1ère fois en Europe
  • 2 TV et plus de 300 webinars sont organisés pour l’occasion
  • 20 PDG de la net-économie font partie du comité de pilotage, uniquement composé de leaders dans leurs domaines respectifs
  • Une 3° édition coordonnée avec 2 autres salons ayant plus de 20 ans d’existence : le ON LINE et le I EXPO

Pauline Traimond, directrice de salon chez OnePlace nous parle du T2M :

Pour participer gratuitement à l’événement.

Publié dans Evènements | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Les métiers du web

Le web : un secteur, de multiples métiers

Fabian Ropars a publié sur le Blog du Modérateur un article dressant la liste non exhaustive des métiers du web répartis dans 5 catégories.

camembert-emploi-web-550x537

De l’idée d’un projet web à la visite des internautes sur le site depuis un moteur de recherche, les compétences à mettre en œuvre sont multiples. Du développement au design, en passant par la création de contenus, de nombreux métiers sont mobilisés. Nous pouvons les diviser en 5 familles :

  • la conception et la gestion de projet
  • le développement et la programmation
  • la production et la gestion de contenu
  • le graphisme et le design
  • la communication et le marketing

Sans ces différentes ressources, un projet web ne peut voir le jour. Et plus le web se complexifie, plus les métiers se précisent et se segmentent. On est bien loin du temps où le « webmestre » concevait, créait et administrait le site internet. A l’heure actuelle, avec la multiplication des technologies, et le nombre croissant d’internautes, les « métiers du web » sont bien plus nombreux et en perpétuelle évolution.

La conception et la gestion de projet

Avant de se lancer dans la création d’un projet il convient tout d’abord de déterminer les besoins induits. Le chef de projet a la délicate tâche de gérer et d’articuler les différentes ressources nécessaires à la création du site ou du projet web. Il doit tout d’abord identifier les besoins de son client ou de son entreprise puis établir un cahier des charges, tout en prenant garde à tenir les délais impartis sans dépasser le budget qui lui est alloué.  Il a un vrai rôle de « manager » puisqu’il est le liant entre les différentes compétences mises à contribution.

Il existe plusieurs types de chefs de projet selon les supports ou le client : chef de projet e-crm (spécialisé en relation client), chef de projet fonctionnel, ou chef de projet technique.

Avec l’émergence des technologies nomades, il faut par ailleurs des chefs de projets mobiles spécialisés dans les contraintes techniques liées aux smartphones ou tablettes.

Programmation et développement

Une fois le projet défini dans un cahier des charges, planifié et budgété, il faut le développer. C’est là que les professionnels du code entrent en jeu ! Le développeur web est chargé de la réalisation technique du cahier des charges. Il programme les fonctionnalités du site qui sera livré au client ou à l’entreprise. A l’aide des différents langages web  (HTML, PHP, SQL, Java, ASP, CSS…) il donne vie au site.

Une fois le site codé, l’intégrateur traduit les maquettes des graphistes en langage HTML. L’intégration concerne tous les éléments du site : textes, sons et images. Autre maillon indispensable à la naissance du site, l’administrateur de bases de données. Il est en charge des informations stockées dans les bases de données du site : catalogues, état des stocks, profils utilisateurs, adresses… Il doit permettre aux utilisateurs d’accéder aux informations du site à tout moment et le plus rapidement possible.

Interfaces et graphisme

Un site internet c’est aussi un habillage graphique, des icônes, une identité visuelle et sonore, et bien sûr une ergonomie qui doit être la plus pratique possible. La gestion de cet aspect visuel et interface est d’une importance primordiale : un site bien réalisé et bien référencé mais pas abouti visuellement aura du mal à s’attirer les faveurs des internautes. Pour créer cette identité, plusieurs métiers sont mis à contribution.

Le webdesigner réalise les pages du site web telles que l’internaute les voit depuis son navigateur. Il décide des différents éléments à intégrer aux pages : graphisme, visuels, typos… Il est aussi impliqué dans la réflexion sur l’ergonomie du site et de son « rendu » final. C’est lui qui décide comment capter l’internaute une fois que celui-ci est sur le site.

Le graphiste conçoit la partie graphique du site pour lequel il travaille : charte, logo, image… Une pièce importante dans le projet car il est le garant de l’identité visuelle.

L’ergonome  va chercher à mettre en place l’interface web la plus facile d’utilisation tout en respectant les normes et contraintes imposées par le projet. Il doit faire en sorte que l’internaute soit à l’aise sur le site et puisse naviguer efficacement. Les internautes sont volatiles, sans une ergonomie bien pensée, les visiteurs vont rapidement aller voir du côté des sites concurrents. 

Le développeur Flash et le motion designer sont quant à eux chargés de réaliser de vidéos. A l’aide de différentes technologies et logiciels ils créent des animations intégrées au site. Ils participent à l’identité du site. Si l’image est au cœur du processus de création d’un site web, le son a lui aussi un rôle à jouer. 

Le designer sonore doit créer l’identité sonore du site. Du bruit du clic de souris sur une icône à la musique intégrée à certaines pages, il réfléchit à créer un accompagnement sonore qui soit en parfaite adéquation avec l’image du site.

Production et gestion de contenu

Un site sans contenu, c’est une coquille vide ! Pour le rendre intéressant et le référencer sur les moteurs de recherche, plusieurs compétences interviennent. Le rédacteur web créé du contenu en lien avec la thématique du site pour lequel il travaille. Que ce soit pour décrire les produits d’un e-commerçant ou pour travailler l’e-réputation d’une entreprise via les blogs, il est indispensable.

Mais pour trouver l’information recherchée sur les moteurs de recherche, il faut d’abord qu’elle soit référencée et indexée. C’est le rôle du référenceur : donner de la visibilité au contenu et aux pages web. Le but étant d’apparaître dans les premiers résultats de recherche afin d’optimiser le trafic.

Le community manager va diffuser le contenu sur les différents réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Instagram, mais aussi sur les blogs et les forums. Il est chargé de donner de la visibilité à sa marque sur les différents espaces communautaires. Il cherche constamment à créer de l’interaction avec les internautes.

Communication et marketing

Une fois que le site est mis en ligne, il faut encore assurer sa promotion sur différents canaux de communication. C’est là que la communication et le marketing entrent en jeu. Les différents acteurs doivent aider à le populariser auprès des consommateurs, de la presse, ou des autres professionnels du secteur.

Le webmarketeur a 2 missions principales : augmenter le trafic et les ventes. Il mesure l’audience, le trafic, et les taux de conversion des sites dont il a la charge. Il doit pouvoir analyser son marché et savoir comment impacter le consommateur avec les outils web dont il dispose. Ses missions sont vastes et dépendent de son environnement. Elles vont de la création de campagne e-mailing aux campagnes publicitaires ciblées, en passant par la définition d’une stratégie globale. C’est lui qui « vend » le site, ses services, ou ses produits.

Le chargé de communication web  organise et conçoit la communication digitale de l’entreprise ou de la marque en respectant la stratégie de communication globale. Il est en charge de la promotion de l’image de l’entreprise et utilise pour cela les différents outils à sa disposition : relations presse, publicité, concours, partenariats avec d’autres acteurs du secteur… Une valeur sûre en termes de retombées et de visibilité reste les relations presse. Avec l’émergence du web 2.0 on parle aujourd’hui de RP 2.0.

Le chargé de RP digitales s’occupe des relations de son entreprise ou des clients de son agence avec les influenceurs web tels que les blogueurs. Il pourra ainsi être amené à négocier des articles sponsorisés sur des blogs influents pour vanter les mérites de tel ou tel produit auprès d’une communauté définie. Le chargé de RP 2.0 doit évidemment connaître tous les rouages du web social : réseaux sociaux, forums, blogs, journalistes spécialisés et être à même d’identifier les bons relais d’informations.

Autre maillon important du marketing web : l’acheteur d’espaces. Il est en charge de la campagne publicitaire d’une marque ou entreprise. Il suit le plan media et cherche à optimiser les retombées en achetant de la publicité sur les meilleurs canaux. Il devra donc identifier les formats publicitaires pour sa campagne et trouver le meilleur ratio entre les coûts et les retombées.

Il ne s’agit là que des principaux métiers en lien avec un projet web, il en existe beaucoup d’autres selon l’entreprise et ses besoins ! Les évolutions constantes de cet environnement laissent de plus la place à l’apparition de nouvelles missions. Le web a de beaux jours devant lui !

 Lire l’article sur le Blog du Modérateur

Publié dans Métiers du digital | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Content Marketing, une menace ?

Le marketing de contenu inquiète les diplômés du secteur quant au futur de leur profession

Pauline Trassard a rédigé sur L’Atelier.net un article très intéressant sur le devenir des agences de marketing numérique et des médias sociaux face au Content Marketing.

Plus de 80% des jeunes européens interrogés par Publicis Groupe pensent que les médias sociaux et les agences de marketing numérique vont disparaître dans les dix prochaines années.

Les diplômés actuels qui se lancent dans une carrière dans la publicité et le marketing ne se considèrent pas comme étant des «digital natives». Au lieu de cela, ils croient que c’est la génération ayant dix ans de moins qu’eux qui sera véritablement maître de médias numériques. C’est ce que révèle une étude menée par Publicis Groupe auprès de 2 000 étudiants en marketing, communication, publicité, relations publiques et événements. Ceci traduit une certaine inquiétude de ces futurs salariés, qui croient également que les agences de médias sociaux autonomes n’existeront plus dans 10 ans, après s’être fondus dans un paysage de la publicité, qui deviendra dominé par le marketing de contenu. Les jeunes diplômés restent tout de même optimistes concernant leur chance d’obtenir un poste à haute responsabilité au sein d’une agence.

70% des étudiants pensent que le paysage marketing sera dominé par le marketing éditorial

Les résultats révèlent une génération convaincue que les médias sociaux sont un canal qui s’applique à toutes les fonctions de marketing, et non une discipline à part.

85% des répondants sont d’accord ou fortement d’accord sur le fait que d’ici 2023, les médias sociaux et les agences numériques ne seront plus autonomes mais seront intégrés à d’autres agences de « Marcom » (marketing communication) en tant que service complet.

90% pensent que, dans dix ans, l’agence pour laquelle ils travailleront possédera un service dans lequel les marketeurs seront à l’aise pour créer des stratégies publicitaires sociales et digitales.

Et même si 70% d’entre eux ne se considèrent pas comme étant des « digital natives », 81% envisagent que le marketing de contenu, dans lequel les marques deviennent éditrices et créatrices de leur propre contenu, représentera une partie essentielle de leur travail.

Une génération assez optimiste concernant l’égalité des chances

L’étude rapporte que cette génération est assez optimiste quand il s’agit de leurs perspectives de carrière, en particulier sur les questions de genre et l’égalité des chances.

64% estiment que l’agence pour laquelle ils travailleront dans dix ans les paiera le même salaire quel que soit leur sexe.

73% pensent aussi avoir les mêmes chances d’obtenir une position de direction au sein d’une agence.

Cependant 78% pensent l’industrie du marketing et de la communication bénéficie d’une subvention déloyale : en effet, 26% des étudiants confessent occuper un poste non rémunéré depuis plus de trois mois.

De plus 70% pensent que les agences de ce secteur ne font pas assez de démarches axées sur le développement durable.

86% affirment vouloir en fait travailler pour un organisme qui s’investit aussi bien dans la création de bien social que dans la création de profit pour les marques.

Lire l’article sur L’Atelier

Publié dans Métiers du digital, Recrutement 2.0 | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

CV truqué, une spécialité française ?

Les Français, champions du CV truqué

L’Entreprise avec AFP, a publié le 

Faux diplômes, postes jamais occupés, compétences linguistiques exagérées: enjoliver ou truquer son CV est devenu un « sport national » dopé par le culte hexagonal du diplôme et un chômage record.

En septembre 2012, l’ex-directeur de l’aéroport de Limoges a été condamné à un an de prison ferme pour avoir, notamment, produit un faux diplôme d’aéronautique.

Si les grands faussaires restent rares, les tricheries au CV sont « sans doute particulièrement importantes en France du fait du rôle de critère couperet que joue le diplôme« , analyse Yannick Fondeur, chercheur au Centre d’études sur l’emploi.

« Tricher pour passer les filtres »

En plus d’une concurrence exacerbée par l’envolée du chômage, le boom du recrutement automatisé par internet, qui fonctionne par niveaux de diplôme et d’expérience, accentue le phénomène. « Cela exclut des gens qualifiés et les incite à tricher un petit peu » pour passer les filtres, selon le sociologue.

Pour décrocher un stage dans l’entreprise qui l’a finalement embauché, Vincent a transformé son CAP en Bac. « Sinon, ils ne m’auraient pas donné ma chance. Et puis il n’y a aucun risque qu’ils vérifient« , explique-t-il serein.

« En France, le niveau d’exigence est tel que le candidat, s’il s’estime en phase avec l’offre, en rajoute un peu pour aller à l’entretien« , témoigne Laurent Hürstel, directeur associé du cabinet de recrutement Robert Walters.

« On ne voit pas ça sur le marché anglo-saxon : là-bas, on le laisse faire ses preuves et, si ça ne marche pas, il est dehors trois mois plus tard. C’est violent, mais au moins ça laisse une chance« , juge-t-il.

« Crise profonde des valeurs« 

Quelle est la proportion de faux CV ? Yannick Fondeur, qui juge le phénomène « réel« , met en garde quant aux rares données disponibles « émanant de cabinets de recrutement qui ont tout intérêt à gonfler le phénomène« .

Selon l’étude 2013 de l’institut Florian Mantione, qui s’intéresse au sujet depuis 1989, 75% des CV seraient « trompeurs » (intitulé volontairement flou ou diplôme carrément inventé, exagération sur les postes occupés précédemment, durée des contrats étirée ou encore compétences linguistiques exagérées).

Neuf candidats sur dix trouveraient normal « d’arranger » leur cursus. Principaux arguments cités: « la concurrence exacerbée » et « le risque minime« .

Pour M. Mantione, cette pratique est devenue en France « un sport national« . Il souligne qu’en Allemagne, les CV, qui comportent plusieurs pages, sont souvent assortis des copies des diplômes et certificats de travail.

20% des employeurs contrôlent

Or selon une étude de 2011 du cabinet Robert Half, seuls 20% des employeurs hexagonaux contrôlent systématiquement les références, alors qu’à peine 54% jugent les CV fiables.

« Contrairement aux pays anglo-saxons, où on contrôle beaucoup, demander de prouver quelque chose dans les pays latins est malvenu« , relève Emmanuel Chomarat, fondateur de Verifdiploma, qui examine la véracité des diplômes des candidats pour le compte de grandes entreprises.

Parmi les CV vérifiés par son entreprise, un sur quatre comporte de faux diplômes, « dans tous les secteurs d’activité et à tous les niveaux : bac+2 comme doctorants« .

Lire l’article « Les Français, champions du CV truqué » sur L’Entreprise

Sur Digikaa valorisez votre CV par votre participation à des projets concrets, alors pas besoin de tricher ! :)

Publié dans Recrutement 2.0 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Digikaa Consult #1 Spécial UX

Digikaa Consult : un rendez-vous d’échange autour d’une problématique concrète

banniere-digikaa-consult-V2

Mardi dernier a eu lieu le premier Digikaa Consult spécial UX ! A cette occasion 10 consultants UX (freelances ou agences) et 10 entreprises d’horizons différents (startups, e-commerçants…) ont pu échanger autour de problématiques UX.

Le but de l’événement était de permettre, d’un côté, à des entreprises d’avoir les conseils avisés d’experts sur leurs sites Internet ou leurs applications mobiles, et, de l’autre, permettre aux consultants d’avoir des entretiens privilégiés avec des entreprises, ayant toutes une problématique UX, afin de créer un premier contact qualitatif avec celles-ci.

 Lors de cette première édition, le Digikaa Consult a accueilli les entreprises suivantes :

  • U & I (service pour améliorer le couple au quotidien)
  • Weezevent (logiciel de billetterie et d’inscription en ligne)
  • PageYourself (création de site sur Facebook)
  • Le Bon Côté Des Choses (comparateur de prix de listes de courses)
  • VousAvezChoisi.com (service de pré-commande de déjeuners)
  • VoyagerMoinsCher.com (comparateur de prix spécialisé dans  les offres de voyages)
  • Life & Company (agence conseil santé)
  • BunchCast (outil de création pour blogueurs)
  • Buzzcar (service de location de voitures entre particuliers)
  • My Precious Life (Outil de prise de notes)

Qu’en ont-ils pensé ?

côté entreprises :

« Nous sommes satisfaits de cet événement. Notre but était d’avoir différents points de vue, différents retours d’expériences sur notre projet autre que le point de vue que nous avons en interne. » Marine

« Evénement sympa, juste dommage que les consultants n’aient pas du tout vu le site avant. » Pierre

« Intense et riche. Nos différents entretiens nous ont permis de recueillir des avis à la fois concrets, variés et complémentaires. » Ariane

« Initiative heureuse. Cela permet, au moyen de rencontres certes brèves, de recevoir les regards non concertés de différents experts et de valider ou d’infirmer certaines hypothèses formulées en interne sur la base des premiers feedback utilisateurs sur lesquels nous essayons de capitaliser. » Thierry

côté consultants :

« Les sujets des problématiques étaient variés et vraiment différents ce qui était très enrichissant mais aussi plus dense. Pour la prochaine édition il serait bien que les problématiques soient plus similaires (ex: spécial e-commerce,…). » Stéphane

« Merci pour l’événement. C’était très convivial et on commence à tisser des relations avec quelques entreprises. » Matthew

« Digikaa Consult était un bon événement que je vous encourage à renouveler. On m’a apporté 5 contacts sur un plateau, à moi ensuite de faire mon follow up et de transformer ces contacts en clients ! » Maxime

Ce qu’on en retient

Avec Digikaa Consult, Digikaa continue de développer son offre de services innovants IRL et URL pour accélérer les mises en relation entre les entreprises et les talents.

Suite au succès de cette première édition du Digikaa Consult,  nous allons prendre en compte les retours de chaque participant dans une optique d’optimisation et d’amélioration afin de proposer une seconde édition encore plus réussie.

En tant qu’entreprise, quelle problématique souhaiteriez-vous aborder : le community management, le SEO, le choix d’une technologie…? N’hésitez pas à nous contacter pour nous soumettre vos idées et envies à hello@digikaa.com !

Remerciements

Nous tenons à remercier notre Sponsor Napoléon Agency pour le parrainage de cette première édition du Digikaa Consult ainsi que tous les consultants : Marc Bergère, Fabien Cazals, Julien Champagne, Céline Kniebihler, Matthew Marino, Stéphane Paredes, Maxime Rouyrre, Alexandre Simon, Thomas Watrigant et Michèle Harper.

Publié dans Digikaa Consult | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Concours « UX Design : gagnez un DVD » : la révélation !

Bravo à notre gagnant ! 

Hier le tirage au sort a désigné Charles Coulais comme grand gagnant de notre concours « UX Design : gagnez un DVD » publié sur la page Facebook  de Digikaa. La preuve par l’image !




photo (5)

 

:)

Publié dans Concours web | Marqué avec , , | Laisser un commentaire